Longyearbyen est une ville de Norvège de 2000 habitants, située à proximité du pôle nord, sur l’île principale de l’archipel du Svalbard, appelée Spitzberg. La particularité de Longyearbyen est que l’on n’y meurt pas ! Déclic Attitude mène l’enquête.

Longyearbyen ! Je suis déjà fatigué rien qu’à l’idée de prononcer son nom. Cela me rappelle la célèbre publicité de la bière belge au nom lui aussi imprononçable (d’ailleurs je ne la citerai pas !). Mais par chance, je n’habite pas à Longyearbyen – et j’imagine que vous non plus – et je n’ai donc pas à prononcer son nom à chaque fois que je dois donner mon adresse postale.

Mais comme pour tout nom compliqué, il peut se cacher derrière une vérité qui va nous aider à le mémoriser, surtout si on essaie de le décomposer. Et là, ça devient plus facile : “long” “year” “byen”…. et surtout plus clair si on essaie d’en comprendre le sens. “Byen” signifie ville en Norvégien.  Quant à “Longyear” aurait-il un rapport avec la longévité ? Et dans ce cas Longyearbyen serait elle la ville de la longévité ? On a bien sur envie d’y croire et on a déjà le sentiment de brûler…et bien non, ca aurait été trop simple ! Longyear tire son nom de John Munro Longyear (1850-1922), homme d’affaires américain qui créa la ville en 1906 pour exploiter le charbon.

Alors quand je suis tombé sur cette information surprenante – la ville ou on ne meurt pas –  je me suis interrogé sur les raisons et j’ai immédiatement commencé à échafauder plusieurs hypothèses. 2 propositions me sont venues spontanément à l’esprit, elles étaient fausses. C’est donc une 3ème proposition qui est la bonne.  Je vous les livre et vous laisse deviner la proposition qui vous parait la plus pertinente. La bonne proposition vous sera bien évidemment dévoilée à la fin de cet article.

Proposition n° 1 : un groupe de transhumanistes

Un groupe de transhumanistes a élu domicile à Longyearbyen pour y réaliser ses expériences sur les habitants. Ils ont enfin réalisé leurs rêves : grâce aux nouvelles technologies ils ont pu empêcher le vieillissement et trouver le secret de l’éternité.  Les habitants de Longyearbyen sont les premiers être humains devenus immortels.

Pour en savoir plus sur les transhumanistes, je vous invite à relire mon post du 25 juin dernier ici.

Proposition n° 2 : une décision administrative

Pour des raisons climatiques, en raison de ses températures polaires, il est interdit de mourir à Longyearbyen. Les températures étant très souvent négatives, le sol est gelé en permanence et empêche la décomposition des cadavres. Pour cette raison dans les années 50, la mairie a interdit à ses habitants de mourir dans la ville. Pour preuve, en 1998, des scientifiques canadiens ont exhumé des cadavres de personnes mortes des suites de la grippe espagnole en 1917. Lors de leurs analyses, ils ont trouvé des particules du virus, toujours actives après des décennies.

Proposition n° 3 : les conditions extrêmes de la vie du grand nord

Serait-ce les conditions rudes et extrêmes de la vie du grand nord qui influenceraient la longévité de ses habitants ?

Longyearbyen appartient à la zone des climats polaires, avec des hivers longs et froids avec des températures moyennes de − 21°C en février.  Le record de froid a été enregistré en 1917 avec − 49,2 °C.  Et on sait aujourd’hui que les climats rigoureux ont un effet sur la longévité.

C’est le cas du requin du Groenland. Un requin âgé de 512 ans a été retrouvé dans l’atlantique nord par une équipe de scientifiques danois en 2016. Cette incroyable longévité, la plus longue observée à ce jour pour un vertébré, serait en partie liée à l’influence des eaux très froides sur leur métabolisme et sur leur croissance, tous 2 ralentis.

Le même phénomène se serait produit à Longyearbyen, cette fois chez ses habitants. La vie dans les conditions extrêmes aurait eu un effet positif chez ses habitants qui désormais vivent tous au-delà de 100 ans.

Cette nouvelle vient confirmer ce que savons aujourd’hui à savoir que soit sous l’effet d’une restriction soit calorique (un régime alimentaire appauvrie en calorie, voir mon post du 30 novembre 2017), soit de chaleur (un environnement à des températures froides), soit encore d’oxygène (un environnement faible en oxygène), le métabolisme d’un organisme est modifié ce qui a pour effet de prolonger la longévité.

Et la réponse est…..

Je pense que vous n’étiez pas nombreux à douter de la bonne réponse.
Il s’agit en effet de la proposition n°2. Et elle est surprenante, mais vraie !

Et pour aller plus loin et mieux comprendre le mode de vie à Longyearbyen, il faut savoir que les malades en phase terminale sont transférés jusqu’à la capitale norvégienne, Oslo, située à 2 000 km. De même on ne trouve pas à Longyearbyen ni maison de retraite ni service de gériatrie. Et enfin, à Longyearbyen, les naissances n’y sont pas non plus tolérées car il n’y a pas de maternité. Les femmes enceintes sont transférées avant le terme de leur grossesse sur le continent.

#Longyearbyen #Longevite #Groenland #Spitzberg #norvege #polenord #requin #restrictioncalorique #transhumanistes #decomposition

Des nouvelles du Transhumanisme

Restriction calorique, source de longévité !

A propos de l'auteur

Médecin, micro-nutritionniste, médecin du sport, je suis passionné par la médecine préventive, la prévention du vieillissement, la longévité et l’étude des comportements santé. Je suis l'auteur du Grand Livre des Secrets de la Longévité, sorti le 29 mai 2018 aux Editions Leduc.s.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.