Un programme d’activité physique structuré peut améliorer la mobilité des sujets qui le pratiquent même quand ils sont âgés ou obèses.

Il existe 2 types d’activité physique, l’activité physique quotidienne que l’on pratique chaque jour comme par exemple promener son chien (post du 12 juin ), monter les escaliers, marcher pour se rendre à son bureau (post du 22 juin).  Et il existe également l’activité physique structurée qui répond a un objectif précis, qui s’inscrit dans un programme avec un temps donné pour pratiquer des exercices bien définis et pour lesquels les résultats sont enregistrés.

Une vaste étude vient d’être publiée dans la revue Obesity.

Il s’agit de l’étude LIFE (Lifestyle Interventions and Independence for Elders) qui a été réalisée en Caroline du Nord (USA), chez des  1635 sujets sédentaires, obèses et non obèses, âgés de 70 à 89 ans et qui avaient tous un handicap moteur (incapacité à marcher plus de 400m).

Les sujets ont été divisés en 4 sous-groupes selon leur indice de masse corporelle (IMC ou BMI) et leur tour de taille.

Un bénéfice majoré chez les sujets très obèses

Cette étude a montré qu’un programme d’activité physique structuré centré sur la marche, le travail musculaire, l’équilibre et la souplesse avait un effet bénéfique chez l’ensemble des sujets étudiés puisqu’une réduction significative du handicap de 18% a été observée.

Mais ce qui a été le plus surprenant dans cette étude a été l’analyse en sous-groupe. Le sous-groupe des sujets très obèses (BMI ≥ 35 kg/m2 ) pour lequel les chercheurs n’espéraient pas d’amélioration notable ont eu une réduction significative de leur handicap la plus marquée.

Et c’est d’autant plus intéressant que ce sous-groupe est le seul a atteindre la significativité statistique.

L’impact de l’obésité en termes de morbidité et de mortalité est aujourd’hui parfaitement établi. Cette étude vient souligner l’importance d’accompagner les personnes âgées à garder une activité physique, voire a entrer dans des programmes d’activité physique adaptée.

Et cette conclusion est encore plus valable chez les sujets âgés, fortement obèses, chez lesquels l’entourage ou les soignants auraient plutôt naturellement tendance à renoncer à ce type de solutions.

Le National Institute on Aging qui est engagé dans l’étude LIFE  a d’ailleurs réalisé une page web avec les instructions vidéos sur les exercices que les séniors peuvent réaliser à domicile en toute sécurité.

Source : Exercise’s effect on mobility disability in older adults with and without obesity: The LIFE study randomized clinical trial

Photo credit : dnlspnk via VisualHunt / CC BY-NC

#activitéphysiqueadaptée #obésité #sédentaire #handicap #IMC

A propos de l'auteur

Médecin, micro-nutritionniste, médecin du sport, je suis passionné par la médecine préventive, la prévention du vieillissement, la longévité et l’étude des comportements santé. Je suis l'auteur du Grand Livre des Secrets de la Longévité, sorti le 29 mai 2018 aux Editions Leduc.s.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.