L’actualité internationale a été marquée cette semaine par la rencontre entre Kim Jong-un et Donald Trump. Le caractère inédit de ce sommet a été également l’opportunité de voir Kim Jong-un sortir de son pays. L’occasion d’observer et d’essayer de comprendre ses pratiques…un peu particulières.

Kim Jong-un ne sort pas sans ses toilettes personnelles ! Voila ce que nous avons appris lors de son déplacement à Singapour. Quand il quitte la Corée du Nord, ce qu’il vient de faire pour la troisième fois après sa visite officielle à Pékin en mars dernier et celle en Corée du sud en avril, il transporte ses propres toilettes. Mais alors pourquoi ? Quelle manie se cache derrière cette habitude assez insolite ? Et bien selon un ancien de sa garde personnelle, Kim craint que ses excréments puisse donner accès à des informations personnelles sur sa santé !!!

Un film d’espionnage

Je vous laisse imaginer la préparation du dispositif par les services secrets américains ou ceux de Singapour dans l’hôtel St Regis ou Kim séjourne et dans l’hôtel Capella ou se tient le sommet. L’objectif de la mission, récupérer a tout prix les excréments de Kim Jong-un. Il faut mettre en place dans toutes les toilettes que pourrait utiliser Kim un système de collecte. Nous sommes au coeur d’une opération digne des meilleurs films d’espionnage. Mais finalement la mission sera vouée à l’échec puisque Kim n’est pas partageur, qu’il a ses propres toilettes et qu’il garde ses matières fécales avec lui.

Mais la vraie question, en tout cas pour Déclic Attitude, est de comprendre ce qui se cache derrière la terreur de Kim ? Avec les derniers progrès de la science, à quelles informations pourrions nous avoir accès ?

On sait que la couleur, la forme, la consistance et l’odeur peuvent nous apporter un certain nombre d’informations. On sait également que l’analyse des selles, examen pratiqué depuis de nombreuses années,  nous permet d’identifier plusieurs indicateurs santé : présence de sang, infection, malabsorption.
La présence de sang est un témoin de cancer colo rectal ou de maladie inflammatoire de l’intestin. Une infection peut être identifiée et l’origine bactérienne, virale, parasitaire ou mycosique peut être précisée. Enfin un trouble de l’absorption intestinale de certains nutriments peut également être diagnostiqué. Mais finalement au travers de tous ces éléments nous ne disposons pas d’un accès à des informations ultra confidentielles qui pourraient être qualifiées de secret d’état.

Mais où peuvent donc se cacher les secrets de Kim Jong-un ? C’est peut être dans son ADN et dans son microbiote.
L’ADN que l’on retrouve dans les matières fécales est composé de l’ADN des cellules épithéliales de l’individu mais aussi de celui des espèces bactériennes qui composent son microbiote.

Prédire l’apparition de maladies

Avoir accès à l’ADN de Kim ne nous apportera que peu d’informations secrètes sauf s’il est détenteur d’une anomalie génétique. Mais c’est probablement dans son microbiote intestinal (l’ensemble des espèces microbiennes qui vivent dans l’intestin) de Kim et dans son microbiome (le matériel génétique des espèces bactériennes qui le composent) que l’on pourrait trouver des informations plus pointues. En effet aujourd’hui, de nombreuses entreprises, notamment américaine proposent de réaliser le séquençage génétique de notre microbiote. Les sociétés qui commercialisent ces tests ont construit de grandes bases de données sur des milliers de personnes et ont mis en relation certains profils de microbiotes avec le risque de survenue de maladies.

Alors c’est peut être là que se cache la terreur de Kim, que l’on puisse prédire l’apparition de maladies. Sachant qu’il est déjà  obèse et diabétique, qu’il souffrirait également de goutte et que sa consommation d’alcool est importante, il possède un nombre important de facteurs de risque de maladies chroniques. Et l’idée que l’on puisse lire dans son microbiote et prédire l’évolution de son état de santé lui est très certainement insupportable. Sans compter que les recherches sur le microbiote vont grand train et que l’on peut supposer que dans quelques années le microbiote nous livrera des informations très personnelles.

Mais que dire des analyses de notre microbiote proposées par de nombreuses sociétés et qui ne sont pas remboursées par la sécurité sociale ? Aujourd’hui,  nous pouvons connaitre la richesse et la diversité de notre microbiote, essentiels à notre bonne santé. Nous pouvons préciser le rapport entre bactéries bénéfiques et pathologiques. Nous pouvons connaitre le taux de molécules inflammatoires ou anti-inflammatoires produites par notre microbiote.

Mais c’est côté la recherche que nous pouvons espérer que ces examens deviendront essentiels à l’avenir. Les chercheurs savent que l’analyse du microbiote est l’avenir de la médecine.  Dans 5 à 10 ans ces analyses seront mieux documentées et plus courantes. En attendant on connaît les facteurs importants qui perturbent notre microbiote tels qu’une alimentation occidentale déséquilibrée (farines raffinées, sucres, excès de protéines animales, manque de fibres, etc.), le stress, la sédentarité, etc. Et je vous invite à relire les précédents posts de Déclic Attitude sur comment garder un microbiote en bonne santé (post du 10 juin 2017, post du 1er novembre 2017).

 

Tout savoir dans le grand livre des secrets de la longévitéVous voulez en savoir plus sur le microbiote, les axes de recherche et la médecine prédictive ? Vous saurez tout en lisant Le Grand Livre des Secrets de la Longévité.

 

 

 

#KimJong-Un #Corée #DonaldTrump #toilettes #Singapour #Coree #excrements #fecal #sang #cancer #bacteries #ADN #microbiote #microbiome

Sources :

Crédit photo : Hugger Industries on VisualHunt.com / CC BY-NC-SA

A propos de l'auteur

Médecin, micro-nutritionniste, médecin du sport, je suis passionné par la médecine préventive, la prévention du vieillissement, la longévité et l’étude des comportements santé. Je suis l'auteur du Grand Livre des Secrets de la Longévité, sorti le 29 mai 2018 aux Editions Leduc.s.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.