Après être resté barricadé pendant près de 2 mois nous voici prêts à être livré au Covid-19. C’est le bon moment de s’interroger sur nos défenses immunitaires et de s’assurer de leur bon fonctionnement.

Alors que les laboratoires de recherche du monde entier sont engagés dans une course effrénée pour trouver un vaccin, nous savons qu’il va nous falloir être patient et attendre de nombreux mois avant de pouvoir espérer bénéficier d’une protection efficace.

Autant dire qu’en attendant nous allons devoir nous reposer sur les gestes barrières, le port du masque, la distanciation physique et compter sur notre système immunitaire dans le cas ou nous serions en contact avec le virus.

Peut on prendre soin de son système immunitaire ? Peut on le renforcer ? Si oui comment ? Quel crédit accorder à tous ces articles qui nous proposent de prendre des compléments alimentaires ou d’adopter tel régime alimentaire ? C’est ce que nous allons tenter de voir ensemble aujourd’hui et dans les prochains déclics qui seront consacrés à l’immunité.

Contrairement à l’âge et au sexe, l’immunité est un facteur modifiable

Pour démarrer, je vous rappelle que les principaux facteurs de risque d’infection sévère au Covid-19 sont l’âge et le sexe. L’âge est un réel facteur multiplicateur du risque de gravité de l’infection et de décès. A partir de 40 ans, le risque augmente de manière exponentielle. Le deuxième facteur est le sexe. Les hommes ont un risque plus élevé, car ils possèderaient en plus grande quantité, une enzyme qui faciliterait la pénétration du virus dans les cellules saines. Malheureusement ni l’âge ni le sexe sont des facteurs modifiables. C’est pourquoi nous allons nous intéresser aux autres facteurs, et plus particulièrement à nos défenses immunitaires.

Nous savons qu’avec l’âge notre système immunitaire perd de son efficacité. C’est pourquoi il est essentiel d’en prendre soin.

Vitamine D, l’importance d’avoir un apport suffisant pour faire face au Covid-19

La vitamine D est une hormone retrouvée dans l’alimentation et synthétisée dans l’organisme humain à partir sous l’action des rayonnements UVB du Soleil. Elle est connue depuis longtemps pour son rôle rôle dans l’immunité.

Le 17 avril dernier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail rappelait, en pleine épidémie de Covid-19, le rôle de la vitamine D dans le renforcement de notre système immunitaire et l’importance d’avoir des apports alimentaires suffisants en poissons gras, abats, laitages et jaune d’œuf.

Mais ce qui a retenu mon attention c’est que 3 études internationales viennent d’être publiées au même moment sur la relation entre la vitamine D et la sévérité et la mortalité des infections à Covid-19.

Une risque de développer une infection sévère réduit de 15%

La première étude, réalisée par l’université de Northwestern ( États-Unis) a évalué le risque d’infection sévère et de mortalité en fonction du taux de Vitamine D. Les chercheurs ont analysé des données provenant de 19 pays, comme la France, la Chine, l’Iran et les États-Unis. Ils ont constaté que le taux de mortalité au Covid-19 variait d’un pays à l’autre et qu’il existait un lien avec le taux de vitamine D .

Ils ont pu évaluer une réduction du risque de développer une forme sévère de 15,6% chez les malades qui avaient un taux de vitamine D normal. Les auteurs expliquent que la vitamine D module la réponse des cellules immunitaires, les empêchant de relarguer les fameuses cytokines inflammatoires responsables des complications respiratoires au Covid-19 et de la majeure partie des décès.

Un lien établi entre carence en vitamine D et sensibilité aux infections aiguës

La seconde étude menée par l’université Anglia Ruskin (Royaume-Uni) a exploité les données de 20 pays européens et s’est intéressée à la relation entre le taux de vitamine et D et la sévérité des infections. Elle a objectivé que les pays qui avaient une forte mortalité au Covid-19, comme l’Italie et l’Espagne, présentaient de faibles concentrations en vitamine D et des taux de carences élevés.

Résultats étonnants car les pays du sud ont un l’ensoleillement important. Les auteurs expliquent que cette situation serait liée au fait que les populations âgées des pays du sud se protègent du soleil alors que les populations nordiques ont des apports importants en poissons gras, riches en vitamine D.

Les auteurs concluent que les malades qui présentent un déficit sévère en vitamine D sont deux fois plus susceptibles de souffrir de complications graves.

Une corrélation forte entre carence en vitamine D et taux de mortalité

La troisième étude, rétrospective, réalisée en Indonésie a porté sur 780 patients infectés par le Covid-19 et a montré que la majorité des décès avait lieu chez des hommes âgés qui présentaient des taux de vitamine D bas.

Les autorités de santé commencent à recommander une supplémentation quotidienne en vitamine D

Ces études ont d’ailleurs alerté des chercheurs Irlandais, du Trinity College de Dublin, qui ont interpellé lundi 11 mai le gouvernement pour qu’il modifie la réglementation sur la supplémentation en vitamine D afin de réduire les complications des infections à Covid-19.

C’est ce qui vient d’être fait en Angleterre et en Ecosse ou les recommandations de supplémentation en vitamine D viennent d’être revues à la hausse à au minimum 400 UI par jour.

Alors faut il prendre de la vitamine D et sous quelle forme ?

Il est bien évidemment nécessaire que des études prospectives soient réalisées pour confirmer ces données. Mais en attendant, si vous avez plus de 40 ans, si vous êtes restés confinés dans votre appartement et si vous n’avez pas d’apports alimentaires suffisants en vitamines D, vous pouvez prendre une supplémentation en vitamine D. Vous trouverez dans les sources un article de Santé magazine sur ce sujet, article pour lequel j’avais été interviewé.

Le microbiote et l’immunité

La vitamine D n’est pas le seul moyen de booster vos défenses immunitaires. Le microbiote lorsqu’il est bien entretenu est le garant d’un système immunitaire performant.

Nous en reparlerons la semaine prochaine. En attendant, je vous laisse un peu de lecture pour vous sensibiliser sur le sujet (cf Déclic Au moment de préparer le repas, pensez au microbiote !, Déclic Le chocolat noir, véritable aliment santé (2)).

Sources

Circulating plasma concentrations of angiotensin-converting enzyme 2 in men and women with heart failure and effects of renin–angiotensin–aldosterone inhibitors 

Anses et Vitamine D

The Possible Role of Vitamin D in Suppressing Cytokine Storm and Associated Mortality in COVID-19 Patients

The role of vitamin D in the prevention of coronavirus disease 2019 infection and mortality

Patterns of COVID-19 Mortality and Vitamin D: An Indonesian Study

Vitamin D determines severity in COVID-19 so government advice needs to change

Faut-il prendre des gouttes ou des ampoules de vitamine D en hiver ?

Crédit photo : Bruno /Germany de Pixabay

A propos de l'auteur

Médecin, micro-nutritionniste, médecin du sport, je suis passionné par la médecine préventive, la prévention du vieillissement, la longévité et l’étude des comportements santé. Je suis l'auteur du Grand Livre des Secrets de la Longévité, sorti en mai 2018 et des "Nouvelles Clés de la Longévité " sorti en aout 2019 aux Editions Leduc.s.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.