Les télomères sont au coeur des processus du vieillissement. Ce sont de petits capuchons posés sur les extrémités des chromosomes, comme ceux que l’on observe au bout des lacets de chaussure. Ils raccourcissent au fil du temps et jouent un rôle clé dans le processus de vieillissement des cellules.

La biologiste moléculaire Elizabeth Blackburn, en collaboration avec 2 autres chercheurs, a d’ailleurs reçu en 2009, le Prix Nobel de médecine pour ses travaux sur les télomères.

Pourquoi les chercheurs s’intéressent-ils tant aux télomères ? Car de nombreuses études ont montré une corrélation entre la taille des télomères, la mortalité, la maladie d’Alzheimer et ….la longévité.  La longueur des télomères serait donc un marqueur potentiel de certaines maladies associées au vieillissement, l’équivalent d’un horloge biologique de notre corps.

Raccourcissement des télomères, sénescence cellulaire, vieillissement tissulaire mais aussi mécanisme de défense contre le cancer

Le stress,  réduirait la longueur de ces capuchons. De même, une mauvaise alimentation ou fumer diminue l’espérance de vie et probablement la longueur des télomères. Et c’est cette réduction de la taille des télomères qui accroît les chances que les cellules deviennent sénescentes, produisent des molécules inflammatoires puis cessent de se diviser et meurent.

Mais parce que tout est une question d’équilibre, le raccourcissement des télomères est aussi un mécanisme de défense naturel contre le cancer car les cellules cancéreuses prolifératives ne peuvent plus se diviser lorsque leurs télomères raccourcissent.

Les télomères, au coeur d’un débat éthique

Compte tenu de l’implication des télomères sur les processus de vieillissement, il est tentant d’imaginer qui l’on puisse rallonger les télomères par exemple par voie médicamenteuse. De nombreux scientifiques alertent sur les dangers d’une telle recherche et incitent plutôt à modifier son style de vie .

Une toute récente étude réalisée par l’Université de Mayence en Allemagne a tenté de comprendre comment les télomères protégeaient nos cellules du vieillissement prématuré.

L’équipe de recherche en travaillant sur la levure a cherché comment la cellule reconnaissait les télomères raccourcis et endommagés et quels étaient les facteurs qui intervenaient dans la réparation des télomères courts.

TERRA, un signal de télomère court

Les chercheurs ont découvert TERRA, une espèce d’ARN qui s’accumule spécifiquement aux extrémités des télomères raccourcis et qui signale à la cellule que ces télomères doivent être réparés, permettant ainsi à la cellule de poursuivre sa division.

Les chercheurs s’attendent à ce que ces découvertes s’appliquent également aux humains. Leur prochaine étape sera donc d’examiner ces processus dans les cellules humaines et de tenter de cerner les implications pour le vieillissement et le cancer et peut être pouvons nous identifier des cibles pour de nouveaux médicaments dans le domaine des maladies liées au vieillissement mais aussi des cancers.

Source  : Telomere Length Determines TERRA and R-Loop Regulation through the Cell Cycle – Cell -Volume 170, 29 June 2017

 

A propos de l'auteur

Médecin, micro-nutritionniste, médecin du sport, je suis passionné par la médecine préventive, la prévention du vieillissement, la longévité et l’étude des comportements santé. Je suis l'auteur du Grand Livre des Secrets de la Longévité, sorti le 29 mai 2018 aux Editions Leduc.s.

Articles similaires

2 Réponses

  1. ADDI

    Bonjour,

    J’ai entendu parlé il y a quelques années d’un supplément alimentaire l’épitalion qui agit sur les télomères vendu à prix d’or. Existe t il des études sérieuses à ce sujet ?

    Répondre
    • Pascal Douek

      Bonsoir, en théorie l’activation des télomérases permettrait de ralentir le processus de vieillissement….encore faudrait il le démontrer, ce qui n’est pas encore le cas. Et encore moins pour l’épitalon qui s’est positionné sur le créneau du ralentissement du vieillissement….attention danger !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.