On connaît depuis longtemps les vertus stimulantes du café, la boisson la plus bue au monde mais qu’en est il de son impact à long terme sur notre santé ?

C’est le sujet dont se sont emparés 2 équipes, la première européenne, la seconde américaine.
Ils se sont intéressés à évaluer l’impact d’une consommation régulière sur notre santé. Et ces 2 études confirment 
les bienfaits d’une consommation régulière de café pour notre santé. 

Une plus longue longévité, une plus faible mortalité

La première a analysé les données de 521 000 hommes et femmes de plus de 35 ans dans dix pays européens pendant 16 ans. Résultat : les consommateurs d’environ trois tasses de café par jour, y compris décaféiné, semblent jouir d’une plus longue espérance de vie que ceux qui n’en boivent pas.

La seconde , menée aux États-Unis sur plus de 185 000 adultes de toutes origines, âgés de 45 à 75 ans, suivis sur une période moyenne de 16 ans, montre un lien entre une plus grande consommation de café (y compris décaféiné) et un risque plus faible de mortalité résultant de maladies cardiovasculaires, respiratoires, rénales, de cancers et de diabète.

L’analyse à conclu que chez les hommes à consommation élevée, vs les non-consommateurs, le risque de décès toutes causes était réduit de 12%, le risque de décès par maladie digestive de  59%.

Chez les femmes à consommation élevée, vs les non-consommatrices, le risque de décès toutes causes est réduit de 7%, de 40% par maladie digestive, de 22% par maladie vasculaire et de 30% par maladie cérébrovasculaire.

Cependant, le risque de décès par cancer, toujours chez ces femmes, est accru de 12%.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a cessé de classer le café comme cancérogène lié au cancer de la vessie en 2016. Elle estime, au contraire, que la boisson réduit le risque de tumeur utérine et du foie.

Ces 2 études font suite à de nombreuses études sur le café dont notamment une vaste étude prospective, observationnelle,  réalisée aux US en 2012 sur 402 000 participants,  âgés de 50 à 71 ans, suivis pendant quatorze ans. Les grands buveurs de café (au moins 6 tasses/j), même décaféiné, avaient une mortalité plus faible, de 10 à 15 %, par rapport à ceux qui ne boivent jamais de café.

Le café, riche en antioxydants

Puisque le café contient de la caféine, un stimulant, on considère généralement que boire du café ne fait pas vraiment partie d’un mode de vie sain. Or le café est riche en antioxydants et autres composés bioactifs. Il a d’ailleurs été démontré une association inverse entre la consommation de café et des biomarqueurs sériques d’inflammation et d’insulinorésistance.

 Sources :

1 – Association of Coffee Drinking with Total and Cause-Specific Mortality

Coffee Drinking and Mortality in 10 European Countries

2 – A Multinational Cohort Study

3 – Association of Coffee Consumption With Total and Cause-Specific Mortality Among Nonwhite Populations

A propos de l'auteur

Médecin, micro-nutritionniste, médecin du sport, je suis passionné par la médecine préventive, la prévention du vieillissement, la longévité et l’étude des comportements santé. Je suis l'auteur du Grand Livre des Secrets de la Longévité, sorti le 29 mai 2018 aux Editions Leduc.s.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.