Un antioxydant connu et utilisé depuis 1876, extrêmement bon marché et parfaitement bien toléré, pourrait ralentir voire inverser le processus de vieillissement cellulaire de la peau.

Cet antioxydant, c’est le bleu de méthylène, auquel des chercheurs de l’université du Maryland (USA) se sont intéressés.

Le bleu de méthylène fait partie de la liste des médicaments essentiels de l’OMS pour son action sur la méthémoglobinémie, un trouble sanguin dans lequel la capacité du sang à transporter l’oxygène dans l’organisme est réduite. Il est également utilisé comme colorant pour les examens histologiques en laboratoire et comme antiseptique mais avec une faible activité antimicrobienne

Le bleu de méthylène a déjà fait parler de lui en 2016 quand une étude réalisée par l’Université du Texas avait montré que la prise d’une dose par voie orale chez l’homme se traduisait par un bénéfice sur la mémoire à court terme et sur l’attention. Cette étude avait été réalisée chez 26 bénévoles humains en bonne santé chez lesquels une IRM avait été réalisée avant et une heure après l’administration du bleu de méthylène.

C’est probablement cette action surprenante du bleu de méthylène et sa possible action sur le vieillissement qui a retenu l’attention des chercheurs de l’université du Maryland et les a conduits à le tester sur la peau.

En effet, le processus de vieillissement est activé par le stress oxydatif. Nous le savons le tabac, les UV, le stress, induisent une production accrue de radicaux libres et provoquent un vieillissement prématuré.

L’accumulation de ces radicaux libres cause de nombreux dégâts et conduit à l’augmentation du stress oxydatif.

Le bleu de méthylène, de par son action antioxydante devrait réduire ce stress oxydatif et lui conférer une action anti-âge.

C’est ce que l’étude a tenté de démontrer. Elle a été menée sur des cultures de peau cellulaires créées à partir d’échantillons prélevés sur des donneurs sains et sur des sujets atteints de progéria, une maladie génétique entraînant un vieillissement prématuré (cf mon post du 4 juillet 2017) .

Pendant quatre semaines, les chercheurs ont comparé les effets du bleu de méthylène par rapport à trois autres antioxydants (N-Acetyl-L-cysteine, MitoQ et MitoTEMP).

C’est le bleu de méthylène qui a montré l’effet le plus efficace sur la stimulation des cellules de la peau qui fabriquent le collagène et qui retardent la sénescence cellulaire, les fibroblastes.

Il  a également permis de retarder le vieillissement cellulaire, de conserver à la peau davantage d’épaisseur et une bonne hydratation.

Enfin, des modèles de peau artificielle ont été employés pour tester des crèmes cosmétiques contenant du bleu de méthylène. Les résultats suggèrent que le bleu de méthylène causait peu d’irritation, même à de fortes concentrations.

Nous pouvons donc imaginer à l’avenir des applications cosmétiques à base de bleu de méthylène d’autant plus qu’aux faibles concentrations qui ont été utilisées dans l’étude, aucune coloration des tissus n’est apparue.

Source : Anti-Aging Potentials of Methylene Blue for Human Skin Longevity

#antioxydant #vieillissement #peau #bleuméthylène #cosmétique

A propos de l'auteur

Médecin, micro-nutritionniste, médecin du sport, je suis passionné par la médecine préventive, la prévention du vieillissement, la longévité et l’étude des comportements santé. Je suis l'auteur du Grand Livre des Secrets de la Longévité, sorti le 29 mai 2018 aux Editions Leduc.s.

Articles similaires

Une réponse

  1. BONZON

    Génial, ce site !!! Beau, intéressant, riche, ergonomique … Tout y est . Merci pour tous ces conseils et infos .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.