La méditation est cette semaine au coeur de l’actualité. Que ce soit dans le monde scientifique ou à l’assemblée nationale. Zoom sur cette pratique qui mérite toute notre attention.

 

Cela fait longtemps que je voulais vous parler de méditation. De plus en plus d’études scientifiques sur la méditation sont publiées. Que ce soit sur son impact sur l’obésité, l’amaigrissement ou la longueur des télomères, les preuves s’accumulent.

Mais ce qui aujourd’hui m’a décidé à vous en parler, ce sont 2 événements qui se sont produits cette semaine.

Le premier événement, c’est l’invitation mardi soir du célèbre psychiatre Christophe André au Palais Bourbon pour une conférence et une initiation à la pratique de la méditation.

Organisé par Pacôme Rupin (député de Paris, LREM) et Delphine Batho (député desDeux-Sèvres, PS), tous deux adeptes de la méditation de pleine conscience, l’objectif de cette soirée était de convaincre leurs collègues d’intégrer des séances de méditation dans l’agenda des parlementaires. La présentation consacrée aux bienfaits de cette pratique portait sur la thématique “découvertes en neurosciences : l’impact positif de la méditation sur la santé et l’éducation”.

Et le deuxième événement,  c’est la sortie d’une étude sur la méditation et ses effets sur le vieillissement cérébral, étude réalisée par une équipe de chercheurs français de l’INSERM de Caen.

Leurs travaux ont permis de démontrer que la méditation réduirait le stress, l’anxiété, les émotions négatives et les problèmes de sommeil qui ont tendance à s’accentuer avec l’âge. Et que ses effets procureraient une meilleure résistance au vieillissement cérébral.

Une augmentation du volume des 2 régions cérébrales touchées par le vieillissement

Chez 6 personnes pratiquant la méditation à haute dose et depuis plus de 10 ans et âgés en moyenne de 65 ans ont été réalisés des imageries cérébrales par IRM et TEP au sein de la plateforme d’imagerie biomédicale Cyceron de Caen.

67 témoins qui ne méditaient pas, eux aussi âgés en moyenne de 65 ans, ont été également suivi ainsi qu’un groupe plus large de 186 personnes âgées de 20 à 87 ans afin d’évaluer les effets classiques du vieillissement sur le cerveau et mieux comprendre les effets particuliers de la méditation.

Les chercheurs de l’Inserm ont constaté que 2 régions cérébrales, le cortex frontal et cingulaire et l’insula des personnes pratiquant la méditation étaient plus volumineux et/ou avaient un métabolisme plus élevé que celui des témoins. Et ces 2 régions cérébrales sont justement celles qui déclinent le plus au cours du vieillissement.

Ces résultats laissent penser que la méditation pourrait préserver le cerveau des effets délétères de l’âge sur le volume cérébral et le métabolisme du glucose et  permettrait d’améliorer les performances cognitives. La méditation pourrait également réduire les risques de développer une maladie d’Alzheimer ou de retarder son apparition.

Des études sur une plus large population devraient être conduites pour confirmer ces résultats qui ouvrent des perspectives prometteuses sur l’utilisation de la méditation comme moyen de ralentir les processus du vieillissement.

#méditation #vieillissement #assembléenationale #obésité #amaigrissement #télomères #stress #anxiété #sommeil #Inserm #IRM #alzheimer

Source :

Reduced age-associated brain changes in expert meditators: a multimodal neuroimaging pilot study

A propos de l'auteur

Médecin, micro-nutritionniste, médecin du sport, je suis passionné par la médecine préventive, la prévention du vieillissement, la longévité et l’étude des comportements santé. Je suis l'auteur du Grand Livre des Secrets de la Longévité, sorti le 29 mai 2018 aux Editions Leduc.s.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.