Alors que le nombre de centenaires ne cesse d’augmenter, l’âge maximal atteint par les plus âgés ne progresse plus depuis trente ans.  Des chercheurs néerlandais auraient affirmé avoir trouvé le “plafond de verre” de notre durée de vie.

Le nombre de centenaires dans le monde est passé d’une vingtaine de milliers en 1950, à près d’un demi-million en 2010. En France, 21 000 centenaires y vivaient en 2016 et les projections annoncent 270 000 en 2070 soit 13 fois plus qu’aujourd’hui.

Cette situation est bien évidemment liée à une espérance de vie moyenne qui augmente de façon quasiment régulière depuis le XIXe siècle, du fait, notamment, de progrès en santé publique.

Mais si l’espérance de vie progresse, les gains en années de vie diminuent à partir de l’âge de 100 ans et la durée de vie maximale qui a déjà atteint un plateau dans les années 80, aurait touché un plafond.

C’est ce plafond qu’une équipe de chercheurs statisticiens néerlandais de l’université de Tilbourg et de Rotterdam pense avoir déterminé.

Une limite qui ne pourrait être franchie

Précisément 115,7 ans pour les femmes et 114,1 ans pour les hommes.  Il ne serait probablement pas possible d’étendre la durée de vie maximale des individus au-delà de cette limite.

Les auteurs ont établi leurs conclusions sur l’analyse statistique de l’âge du décès de 75 000 hollandais, décédés dans les 30 dernières années à plus de 94 ans.

Si nous vivons aujourd’hui plus vieux, grâce à une espérance de vie qui augmente, les plus vieux d’entre nous n’atteignent pas un âge maximal plus élevé comme cela a été objectivé sur les 30 dernières années.

En 2016, un article écrit par un biologiste Américain de l’Albert Einstein College of Medicine et paru dans la célèbre revue Nature, affirmait que bien que l’espérance de vie continue d’augmenter, l’âge maximum n’augmente plus.

En étudiant plus spécifiquement les centenaires et plus entre 1968 et 2006, dans les quatre pays (Etats-Unis, France, Japon et Royaume-Uni) comptant le plus de super-centenaires, ils ont daté cet effet de plateau vers 1997.

Jeanne Calment, une aberration statistique

Leur modèle établit que la probabilité qu’une personne dépasse les 125 ans serait de moins de un pour 10 000.
Alors que penser de Jeanne Calment, la doyenne de l’humanité morte à 122 ans et 164 jours ? Il s’agirait selon certains d’une aberration statistique.

Et que penser des interventions génétiques ?  Rien ne nous empêche de penser que l’espérance de vie maximum est flexible et qu’elle pourrait être affectée par des interventions génétiques et pharmacologiques. Mais il s’agit d’un autre débat, dont nous reparlerons prochainement.

Source :

The oldest human does not get any older

#plafonddeverre #centenaires #âge #esperancedevie #deces #jeannecalment #doyenne

A propos de l'auteur

Médecin, micro-nutritionniste, médecin du sport, je suis passionné par la médecine préventive, la prévention du vieillissement, la longévité et l’étude des comportements santé. Je suis l'auteur du Grand Livre des Secrets de la Longévité, sorti le 29 mai 2018 aux Editions Leduc.s.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.