Dans la série on étudie tout et n’importe quoi, je ne peux pas résister au plaisir de partager avec vous cette étude, savoureuse, que je viens de découvrir ce matin lors de ma revue de presse et qui a fait l’objet entre autres, d’un article dans The Times & The Sunday Times.

Si cette étude m’a fait sourire, c’est par son sujet mais aussi parce que je me suis plu à imaginer les heures qui ont précédé la décision du chercheur – Kishan Bakrania, un épidémiologiste de l’université de Leicester aux UK – de s’attaquer à ce thème.

Avait-il retrouvé sa voiture éraflée en partant le matin à son laboratoire de recherche ? Avait-il assisté à une altercation entre 2 automobilistes en plein embouteillages alors qu’il était en retard pour sa réunion d’équipe? Ou encore avait-il eu un accrochage avec un automobiliste qui lui avait refusé la priorité et avec lequel il avait failli en venir aux mains ? On imagine aisément que le choix d’un tel sujet ait un petit air de vengeance. Mais je vous le promets, je lui poserai la question. 

Mais venons en au fait. Cette étude , très sérieuse, s’est appuyée sur l’étude des habitudes de vie de 500 000 britanniques âgés de 37 à 73 ans. Pendant 5 ans, ces personnes ont passé des tests de QI et de mémoire.

Un QI qui baisse et des fonctions cognitives qui déclinent rapidement

Et le résultat est sans appel. Les sujets qui passent plus de deux heures par jour au volant ont un QI (Quotient Intellectuel) moins élevé que la moyenne, avec des capacités cognitives moindres et qui tendent à décliner plus rapidement.
Alors pourquoi ? probablement comme pour la télévision parce que le cerveau est moins actif pendant les heures de conduite.

On savait que le déclin cérébral était associé avec des facteurs d’hygiène de vie tels que fumer ou une alimentation de mauvaise qualité, on sait maintenant que le temps passé au volant est un facteur à prendre en considération.

Alors pour conclure, la voiture oui, mais avec modération, au risque de perdre les quelques points de QI qui vous sont bien utiles pour lire et apprécier les articles de Déclic Attitude.

Source : Hours of driving leaves IQ on the skids

#voiture #cérébral #QI #cognitif #thetimes

A propos de l'auteur

Médecin, micro-nutritionniste, médecin du sport, je suis passionné par la médecine préventive, la prévention du vieillissement, la longévité et l’étude des comportements santé. Je suis l'auteur du Grand Livre des Secrets de la Longévité, sorti le 29 mai 2018 aux Editions Leduc.s.

Articles similaires

3 Réponses

  1. Behr

    Motard depuis 30 ans à Paris , je continue à me demander chaque jour en remontant les files d’automobilistes à l’arret et a priori normalement constitués comment ils peuvent supporter ça sans finir par peter un plomb …. En notant leur visage éteint je me suis souvent dit qu’ils devaient réussir à se “debrancher” le cerveau pour resister ….. l’etude semble confirmer qu’à force de se débrancher plusieurs heures par jour ca finit par avoir des conséquences .. 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.